Créations Estelle Clareton Danse

EstelleClaretonSi la danse et le corps sont les langages de prédilection de la chorégraphe, le théâtre a une place importante dans l’approche physique de la chorégraphe. Dès ses premières œuvres créées en 1995, on peut sentir que le corps veut dire, veut exprimer des états d’être. Estelle Clareton élabore un univers où le dialogue entre les deux médiums est possible et complémentaire.

Ce dialogue varie selon les sujets qu’elle aborde, laissant parler soit plus les corps soit plus les mots. Le cirque de création, qui a pris également une place précieuse dans la vie de la chorégraphe depuis 7 ans (conseillère artistique de l’École Nationale de Cirque et metteuse en piste) a aussi trouvé sa place, par moment, dans le travail de la chorégraphe , plus particulièrement dans S’ENVOLER (FURIES, Epsilon 5/24) où un des interprètes est un acrobate. Le ludisme, le travail de clown, les envolées acrobatiques ainsi que la jonglerie sont des aspects de ce médium qui inspirent la chorégraphe et qui se retrouvent par touches dans ses propositions scéniques. En 2005, Estelle Clareton, ressent le besoin de se projeter dans le temps et organise ses créations sous le thème d’une série intitulé FURIES. Une exploration d’une pulsion pleine d’énergie vitale et de fureur qui est née d’un sentiment d’urgence de dire, de défendre et de partager son point de vue sur le monde et sa relation à l’autre par le corps. FURIES, qui compte déjà neuf créations, s’articulera en 24 propositions artistiques suivant l’alphabet grec.

Montréal Danse engagée dans cette aventure proposée par Estelle Clareton, produit la première œuvre de la série, FURIES, Alpha 1/24 (2005), pièce pour 6 interprètes qui a connu un vif succès et tourné dans plusieurs pays. Montréal Danse s’engage également en 2010 comme coproducteur et délégué à la diffusion de S’ENVOLER (FURIES, Epsilon 5/24), qui est un des spectacles les plus ambitieux de la chorégraphe. Cette pièce d’envergure créée avec 12 interprètes tourne au Québec, au Canada, au Mexique, en France et en Allemagne depuis 2010.

À L’automne 2013, de retour d’un séjour de 6 mois à Paris ( bourse du CALQ pour le Studio du Québec et résidente au CND de Pantin), Estelle Clareton se sent prête à plonger dans de nouveaux horizons de création qu’elle a eu le temps de mettre en lumière lors de son séjour. Elle s’oriente désormais vers une danse plus organique laissant de côté une gestuelle connue pour aller vers un ressenti physique émancipé de la forme. S’AMOURACHER (FURIES, Iota 9/24) est la première pièce de la chorégraphe où les corps explosent la forme. Récemment, LUMIÈRES ET TREMBLEMENTS (créée pour les finissants 2015 de l’École de Danse Contemporaine de Montréal) plonge encore plus dans cette voie et annonce comme passionnants les futurs projets de la chorégraphe.