Créations Estelle Clareton Danse

Saison 2017-2018
De la tendresse aux enfers de Dante

La saison 2017-2018 s’annonce foisonnante pour les Créations Estelle Clareton. Après avoir présentée les premiers jets de sa nouvelle exploration chorégraphique, Bouleversement, mettant en scène la rayonnante interprète Esther Rouseau-Morin à la maison de la culture du Plateau-Mont-Royal le 20 septembre dernier, la compagnie entame une troisième année de circulation avec son spectacle dédié à la jeunese, Tendre.

Puis en novembre est l’occasion de découvrir sa plus récente création, Sous la nuit solitaire, une œuvre à la frontière de la danse et du théâtre qui regroupe une solide distribution. Pour terminer la saison en douceur, un grand projet de médiation culturelle attend la compagnie, insprié de son œuvre phare, S’envoler.


Plongée saisissante dans les enfers modernes

Sous la nuit solitaire au Théâtre de Quat'Sous du 15 novembre au 2 décembre 2017
Nos enfers. Les enfers modernes, ceux de nos travers, de nos failles, de nos dépressions, de nos chutes. Sous la nuit solitaire navigue dans les flots agités de l’existence. Dans ces profondeurs, plus de hiérarchie, mais un seul peuple : celui qui avance, obscur, dans la pénombre. Car malgré l’omniprésence de la violence, la flammèche de l’espoir ne s’éteint pas au creux de la nuit. L’espoir de se relever, toujours.

Sept solides interprètes façonnent cette marche lente inspirée des fantastiques gravures que Gustave Doré (19e siècle) a réalisées pour illustrer les enfers de Dante (14e siècle), le père de La Divine comédie. Acteurs et danseurs deviennent locuteurs d’un langage scénique singulier dans lequel l’harmonie du verbe fusionne à la poétique des corps. Une esthétique du corps parlant qui enfant une suite de tableaux saisissants, où des hommes et des femmes au milieu de leur vie sot entrainées dans les anfractuosités de leur âme.

Inspiré de L’Enfer dans La Divine Comédie de Dante ainsi que des gravures que Gustave Doré réalisa pour l’illustrer, Sous la nuit solitaire plonge au cœur de nos enfers modernes, ceux de nos travers, de nos failles, de nos blessures. La violence y côtoie l’espoir, celui de se relever, toujours. Les solitudes y croisent le nombre, la masse informe. Car dans les profondeurs, plus de hiérarchie, mais un seul peuple : celui qui avance, obscure, sous la nuit solitaire.

La chorégraphe Estelle Clareton et l’auteur et metteur en scène Olivier Kemeid ont eu le désir commun d’une création où la dualité qu’imposent leurs différentes disciplines provoque une œuvre théâtrale unique et innovante. Le langage de la danse et celui du théâtre empruntent des chemins parallèles s’invitant à un jeu de miroir, ou dialoguent le corps et le texte, l’épreuve solitaire et le drame collectif, vieux péchés et souffrances modernes.

Sous la nuit solitaire est une coproduction des Trois Tristes Tigres et de Créations Estelle Clareton en codiffusion avec le Théâtre de Quat’Sous.

Texte  Olivier Kemeid Mise en scène Estelle Clareton et Olivier Kemeid Chorégraphie Estelle Clareton Interprètes Larissa Corriveau, Renaud Lacelle-Bourdon, Esther Rousseau-Morin, Nicolas Patry, Ève Pressault, Éric Robidoux et Mark Eden-Towle Collaborateurs Annie Gagnon, Romain Fabre, Marc Parent et Éric Forget.

TENDRE sur les routes du Québec

Tendre sillonnera les routes du Québec pour une troisième saison. Fantaisie artistique magnifiquement incarnée par Brice Noeser et Audrée Juteau, cette création inédite d’Estelle Clareton fait la part belle à l’humour distillé avec nuance et sensibilité.

Cette première incursion de la compagnie dans le milieu jeune public connait un véritable succès depuis sa création. Les invitations à l’hiver et au printemps 2018 des diffuseurs spécialisés que sont la Maison Théâtre et le Théâtre jeunesse Les Gros Becs de Québec (en codiffusion avec la Rotonde), symbolisent bien cette reconnaissance. À la fin de cette présente saison, plus de 85 représentations auront été offertes aux enfants de tout le Québec.

Calendrier de la tournée

Rejoindre le jeune public avec le projet S’envoler

La compagnie CEC est ravie d’annoncer la réalisation d’un formidable projet de médiation culturelle élaboré autour de la production S’envoler, oeuvre phare du répertoire de la chorégraphe Estelle Clareton.

Quatre groupes d’enfants issus de quartiers montréalais distincts (arrondissements de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, de Mercier– Hochelaga-Maisonneuve, de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de- Grâce), feront l’apprentissage de sections adaptées de la partition chorégraphique originale. Chaque groupe aura l’occasion de présenter à la maison de culture de leur quartier la portion qu’ils auront travaillée. Tous seront ensuite réunis afin d’imbriquer le tout et d’offrir au public la version complète du spectacle sur le grand plateau du Théâtre Maisonneuve, prévue le dimanche 6 mai à 14h, en partenariat avec Danse Danse.

Le projet est soutenu par le Conseil des arts et des lettres du Québec et par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur via le programme Une école montréalaise pour tous, qui vise la réussite et la persévérance scolaire de tous les élèves montréalais faisant face aux enjeux liés à la défavorisation.

En plus de donner un nouveau souffle à l’oeuvre originale, cette initiative permet de créer des rencontres entre les jeunes de différentes écoles, de les introduire à un lieu culturel de leur quartier et de leur faire vivre une expérience de danse et de collectivité en tant que petit citoyen à part entière de la grande ville de Montréal.

Comm_Saison_2017-2018