Créations Estelle Clareton

Créé en étroite collaboration avec l’interprète Esther Rousseau-Morin et Annie Gagnon, indispensable assistante à la création, ce solo cherche à rendre compte de l’appréhension d’une catastrophe et à exprimer ce qui se passe dans le corps à l’approche d’un événement tragique.

En décembre 2004, les images du tsunami qui ravageait les côtes de la Thaïlande avaient terrifié la chorégraphe. Longtemps, elle a été hantée par l’effroi qu’avait dû ressentir les personnes face à l’arrivée de la vague meurtrière : appréhension, fascination morbide, stupeur, instinct de fuite, panique. Elle a imaginé alors les corps, les réflexes face au stress (immobilité, fuite, paralysie) et décide de porter à la scène ces états de corps qui nous fragilisent, nous marquent et nous envahissent tous à des moments précis de l’existence.

Après plusieurs étapes de recherche sur le sujet dans différents contextes, Estelle Clareton se lance dans une recherche en solo avec la magistrale Esther qu’on a pu voir danser dans plusieurs créations de la chorégraphe, dont S’envoler (2010), Étude sur l’amour (2013), et S’amouracher (2014).

Une présentation des premiers jets de Bouleversement a eu lieu à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal le 20 septembre 2017.

 


 

 

Bouleversement_4.jpg Bouleversement_3.jpg Bouleversement_5.jpg